Binkù La Nerveuse est une jeune femme engagée, qui observe au quotidien notre société, comme une sorte de diagnostic du pays sur tous les plans, afin d’y apporter des observations, des critiques, et proposer des solutions pour un Cameroun nouveau.

Appuyez sur entrée pour commencer votre recherche

LES CHRONIQUES DE BINKU

Je suis 100% Bassa’a et pourtant je voterai pour le MRC

Les chroniques de Binkù / Politique  / Je suis 100% Bassa’a et pourtant je voterai pour le MRC
Vote MRC

Je suis 100% Bassa’a et pourtant je voterai pour le MRC

On ne choisit pas un parti politique sur la base de l’appartenance ethnique de son président, mais pour son idéologie et le dessein d’avenir qu’il propose aux populations de son pays.
Si vous êtes animés par l’appartenance ethnique, alors vous n’avez pas de place dans ce pays qui compte plus de 200 langues.
Je suis 100% Bassa, et pourtant:
– Mes meilleures amies sont Bamiléké et Douala,
– J’ai été à jamais marquée positivement par un Beti,
– Ma grande soeur est Bamoun,
– J’ai été secourue plus d’une fois par un Banen,
– Ma coiffeuse que j’aime énormément est Bamenda
– J’ai failli épouser un Fulbe

Le brassage ethnique coule dans mes veines, mais il n’oriente pas mes choix.

UM NYOBE ce personnage charnière et incontournable dans l’histoire du Cameroun, s’est opposé farouchement au tribalisme comme facteur de division. Dans son projet de société, le MRC entend “organiser le vivre ensemble dans une nation divisée par la cécité politique et l’égoïsme d’une elite, qui agite les différences socioculturelles et historiques, pour revendiquer une position administrative, ou pour exister politiquement”. L’Assemblée fondatrice de L’UPC dont UM NYOBE fut le premier secrétaire général, était constitué de 12 membres appartenant aux 4 coins du triangle national ( Ruben Um Nyobè, Charles Assalé, Guillaume Bagal, Mathias Djoumessi, Bouli Leonard, Yapp Emmanuel, Raphael Nkoudou, Ernest Owona…). De même, le bureau du MRC est constitué des membres venant de chacune des régions du Cameroun ( Maurice Kamto, Mamadou Mota, Biliane Nadège Noah, Emmanuel Simh, Tabi Johnson, Aissatou Sadou, Ndong Mveh Christopher, Alain Fogué Tedom).

Lorsque UM NYOBE est allé à trois reprises aux Nations-Unies ( 1952 à 1954) c’était pour défendre la cause du Cameroun et non celle des peuples de sa région d’origine. De même, dans les années 2000, bien avant la création de MRC, Maurice Kamto et son équipe ont défendu avec brio et fierté les intérêts du Cameroun pour l’acquisition de Bakassi. Lorsqu’un mandat d’arrêt fut lancé en 1955 contre lui, et alors qu’il était traqué par les troupes coloniales, UM NYOBE allait de refuge en refuge, et était accueilli dans toutes les régions par les camerounais assoiffés de justice et de paix. Le MRC est le parti qui s’est le plus déployé sur tout le territoire camerounais pour transmettre un message d’espoir d’un Cameroun Meilleur. Il est le seul parti qui est allé sur le terrain plus de 80fois (déjà 86 meetings, qui ont jusqu’ici connu un bon accueil de la population). On peut dire, sans risque de se tromper que Maurice KAMTO est l’homme de terrain.

Comme L’UPC, le MRC crée des tremblements à cause de la renaissance qu’il propose au peuple camerounais. Comme l’UPC, le MRC a à sa tête un président qui a pour premier souci le bien-être et la libération de son peuple. Je vois en le MRC le chemin tracé par l’UPC de UM NYOBE, chemin de (re)naissance d’un Cameroun prospère.

Binkù la Nerveuse (Alors, au nom de ces martyrs qui ont versé leur sang pour nous frayer un chemin vers la vraie émergence, soyons prêt le 7 octobre à donner un #CARTON_ROUGE à ce gouvernement colonial et terroriste).

Pas de commentaires

Publier un commentaire