Binkù La Nerveuse est une jeune femme engagée, qui observe au quotidien notre société, comme une sorte de diagnostic du pays sur tous les plans, afin d’y apporter des observations, des critiques, et proposer des solutions pour un Cameroun nouveau.

Appuyez sur entrée pour commencer votre recherche

LES CHRONIQUES DE BINKU

Et si Dieu s’est trompé pensant 36 ans

Les chroniques de Binkù / Politique  / Présidentielle 2018  / Et si Dieu s’est trompé pensant 36 ans
Popol

Et si Dieu s’est trompé pensant 36 ans

Durant cette année électorale, l’un des slogans du RDPC pour son candidat Paul Biya était “le choix divin”. Le justificatif, Romain 13,1: “toute autorité vient de Dieu”.

Un texte extrait de son contexte est un prétexte.

Dans la Bible ce passage appartient à la seconde partie de la lettre de l’apôtre Paul qui va du chapitre 12-16. Cette partie est faite d’exhortation qui se justifie par les circonstances vécues par la communauté à laquelle l’apôtre écrit. Par conséquent, l’exhortation devrait être interprétée tout en tenant compte des besoins de la communauté à laquelle elle est adressée.

LE CONTEXTE

À l’époque de Néron (vers l’an 48 après Jésus-Christ), les chrétiens seront victimes d’une répression sanglante .
Quelques années après (de l’an 54-62 de notre ère), l’autorité s’était montré bienveillante envers les populations.
Et donc victime de fausses accusations et confiant de l’impartialité de la justice impériale, Paul saisira le tribunal de César en qui il avait juridiquement foi. Au moment où il écrivait cette lettre, il pensait à une société où l’équité, le droit et la justice sont les maîtres mots.

L’apôtre Paul ne pensait certainement pas au Cameroun de Paul Biya, où le terrorisme se vit et sévit depuis 36ans.

Il ne s’adressait pas aux Camerounais de Maroua qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

Il ne s’adressait pas aux étudiantes de Bamenda traînées dans la boue et forcées à boire l’eau des rigoles par les militaires de Biya

Il ne s’adressait pas aux enseignants de nos établissements qui se plaignent chaque jour de leur maigre salaire, eux qui construisent la garniture intellectuelle de ce pays.

L’apôtre Paul ne s’adressait pas à ces journalistes qui ne peuvent pas s’exprimer car, tenus par une corde appelée “régime de tolérance administrative”

Il ne s’adressait pas à ces 4 millions de prisonniers qui croupissent dans des prisons de 800 places.

Il ne pensait surtout pas à ces familles victimes de la mauvaise gestion de nos infrastructures routières qui n’existent pas.

Il ne s’adressait surtout pas aux populations victimes en grande majorité de chômage.

Le pauvre Paul n’avait jamais imaginé qu’on attribuerait ses paroles à un dirigeant qui dépense tout l’argent de ses citoyens dans des pays développés.

Il ne pensait pas à la famille de KOUMATEKEL Monique qui est décédée à l’hôpital faute de moyens, à Vanessa Tchatchoua dont le bb a été volé dans un hôpital, à Mbarga qui n’a pas de lumière depuis trois jours, à Mohamadou qui n’a pas d’eau potable depuis 1mois, à Tchaptchet qui fait le bensikin parce que ses dossiers sont rejetés partout, à Biboum qui est délaissé par la société à cause de son handicap…

Si paul savait que sa parole là arriverait un jour sur la terre camerounaise, il aurait certainement déchiré et brûlé cette page.

C’EST LE MOMENT

Si tout pouvoir vient de Dieu, et que Dieu a créé l’homme à son image (Genèse 1:17), alors tout pouvoir vient des hommes. C’est le moment de prendre nos responsabilités en main!

Et jusqu’ici, si nous avons eu droit à ces dirigeants, ce n’est pas parce que Dieu l’a voulu, c’est parce que nous l’avons voulu. Le monde entier sait aujourd’hui que le Cameroun n’est pas un pays de droit. À leur niveau (pendant 3jours), nos défenseurs ont fait ce qui était en leur pouvoir pour nous ouvrir les yeux. Et nous ? Qu’allons-nous faire ? Rester les bras croisés ou aller tout simplement prier? Je vous rappelle qu’il y’a quelques jours, une église à Yaoundé s’est écroulée sur des individus qui priaient. certainement ils demandaient à Dieu de les sortir de la pauvreté.

Romain 13,3 “Les magistrats ne sont pas à craindre quand on fait le bien, mais quand on fait le mal”. En d’autres termes, ils sont garants de l’ordre public et de la sécurité des biens et des personnes.
Nous avons exprimé nos choix par les urnes, les décideurs semblent avoir ignoré. Et si nous l’exprimions par un tout autre moyen aussi pacifique que les urnes? Comme les les jeudi 30 et vendredi 31 octobre 2014, jours où le peuple burkinabè, faisant preuve d’une exceptionnelle détermination dans tout le pays, a réussi à chasser du pouvoir le dictateur assassin Blaise COMPAORE. Demain, une marche est prévue a cet effet dans la ville de Douala. Le point de rassemblement est “le rond-point Dakar” a 11h précise. Les t-shirts seront distribués, les consignes seront données, et les médias internationaux seront présents et ne louperont aucun moment ! 

Sous le regard du monde, nous ferons partir Paul Biya. Sinon, nous réciterons Romain 13,1 pendant 1000 ans, rien ne changera.

Binku la Nerveuse ( à supposer même que Paul Biya ait été le choix de Dieu, il y’a fort longtemps que Dieu se cogne la tête contre l’arbre du fruit défendu, récitant 1 Samuel 15,11 en remplaçant Saül par Biya.
<<Je me repens d’avoir établi Biya pour président, car il se détourne de moi et il n’observe point mes paroles>>.)

1Commentaire

  • Gildas

    Répondre 20/10/2018 18 h 57 min

    Belle écriture, simple, logique et Vraie !

    Merci pour ton engagement, merci pour l’éducation que tu nous donnes par tes écrits.

    La paix se construit par la justice, l’égalité et la vérité, sans ces trois piliers on ne peut pas parler de paix !!!

Publier un commentaire