Binkù La Nerveuse est une jeune femme engagée, qui observe au quotidien notre société, comme une sorte de diagnostic du pays sur tous les plans, afin d’y apporter des observations, des critiques, et proposer des solutions pour un Cameroun nouveau.

Appuyez sur entrée pour commencer votre recherche

LES CHRONIQUES DE BINKU

Election présidentielle 2018: Allez dire à Samuel Eto’o Fils

Les chroniques de Binkù / Politique  / Election présidentielle 2018: Allez dire à Samuel Eto’o Fils
Samuel Etoo et le PR

Election présidentielle 2018: Allez dire à Samuel Eto’o Fils

Allez dire à SEF que, s’il est allé construire son complexe sportif au Gabon, c’est parce que le gouvernement Biya lui a mis les bâtons dans les roues (à lui et à plusieurs autres diasporiens qui voulaient investir au pays). Rappelez-lui que ce système a rayé de la carte sa compagnie de téléphonie mobile.

Dites à Samuel Eto’o que, malgré ses apports à Laquintini, Paul Biya et son gouvernement n’y ont jamais mis pied pour une simple consultation.

Dites-lui que le régime Biya n’a rien fait pour résoudre le problème du tribalisme, et que le “vivre ensemble” dont il fait mention devant les cameras n’est qu’un joli mot choisit par ces promoteurs du tribalisme, pour masquer leurs vraies intentions. Que, 80% de cette population à qui il recommande de voter Paul Biya, est au chômage, pendant que 1% de la population s’arroge toutes les richesses du pays.

Dites-lui que 70% des jeunes de ce pays, ces jeunes là qui le prennent pour modèle, oui eux tous là veulent partir, pace que chaque camerounais vit une crise d’insécurité au quotidien. Dans la santé, la production, l’éducation…

Dites au grand 9 qu’il n’y a pas la paix au Cameroun. Nos frères sont tués comme des gibiers au nord-ouest, l’Est n’est pas sécurisé, l’extrême nord vit dans la peur. Dites-lui que Paul Biya a refusé de dialoguer avec cette petite frange de la population qui a eu le courage de se lever et revendiquer ses droits. Dites-lui que ce sont des jeunes militaires comme lui qu’on envoie chaque jour se faire tuer à Bamenda laissant femmes et enfants qui ne sont pas pris en charge, pendant que son dirigeant préféré se la coule douce en Suisse.

Dites-lui que les enfants de Monique Koumate Kel vont à l’école grâce à la générosité de certains citoyens, et que le gouvernement n’est même pas au courant d’eux.

S’il vous plaît, dites à Sammy que le quartier qui l’a vu naitre, l’a bercé et l’a vu vu grandir n’est toujours pas éclairé depuis sa naissance. Dites-lui que là-bas, avoir de l’eau potable est un véritable parcours de combattant. Rappelez-lui aussi que la route qui mène à son village Babim III, est un champ de ruine depuis l’éternité.

Allez dire à Sammy que son pays de résidence a un véritable ministère des affaires étrangères, qui défend mordicus les droits de leurs compatriotes à l’étranger. Dites-lui qu’il peut user de son influence, non pas uniquement pour déplacer le président de la CAF (pour qu’il viennent nous raconter des conneries du genre les routes n’ont pas de crevasses), mais aussi pour faire revenir nos soeurs qui sont sous pression au Koweït. Racontez-lui que deux d’entre elles sont récemment décédées à cause du traitement qu’elles subissent là-bas. Pendant ce temps, le cher gouvernement qu’il veut reconduire a alloué plus de 660 millions de nos pauvres FCFA à la subvention des gouverneurs pendant cette campagne électorale.

Rappelez-lui que c’est grâce à l’initiative de Kadji Defosso qu’il a pu émerger. Dites-lui que jusqu’à présent, l’État n’accompagne pas ces jeunes qui partagent la même passion que lui.

Dites-lui que pendant que chez Drogba le stade d’Abidjan a coûté 50milliards pour 60.000 places, chez lui ici le stade Buan Bakoko à Douala va nous coûter 150 milliards pour le même nombre places. va nous coûter 150 milliards pour le même nombre places.

Biya et Etoo
Et après lui avoir dit tout ça, demandez-lui sur quelle base voudrait-il qu'on vote Paul Biya ?

Parce que pour lui tout va bien, alors le pays vas bien. ? Dites-lui que son quotidien n’est même pas celui du 1/100 des camerounais.

Et enfin, dites au Pitchitchi qu’on l’aime bien, qu’il a le droit de voter qui il veut, mais que cette année, avec ou sans son soutien, nous allons INVERSER LA VAPEUR!
Qu’il soit d’accord ou pas informez-le que nous donnerons un CARTON ROUGE à ce gouvernement pyromane:

Carton rouge à la corruption
Carton rouge au tribalisme
Carton rouge à l’inertie
Carton rouge au chômage
Carton rouge aux détournements
Carton rouge à la pauvreté.

Bref… CARTON ROUGE À Paul Biya.

Binkù la nerveuse ( dites à Sammy que le Cameroun qu’il décrit n’est pas le Cameroun de Maroua, Garoua, Eseka, de Bertoua, Ebolowa, Nkongsamba, de Dschang, Mamfe, Mbanga, de Limbe, Buea, Bamenda… Dites-lui que le Cameroun qu’il décrit n’est que le Cameroun de ses rêves)i que le Cameroun qu’il décrit n’est que le Cameroun de ses rêves)

Pas de commentaires

Publier un commentaire